Quelles différences entre banque privée et banque de réseau ?

17
views

Dans un contexte où le conseiller bancaire est en charge de plus de 1 200 clients dans une banque grand public, comment peuvent-ils, dans un tel contexte, fournir un conseil d’expert pour leurs clients ? Avec des technologies qui recentrent le métier de conseiller patrimonial, certaines banques privées choisissent de se tourner vers un type de clientèle moins fortunée.

Pourquoi faire appel à une banque privée ?

La banque privée s’apparente vraisemblablement à une banque traditionnelle à quelques points près. Le premier avantage que peut révéler une banque privée se base sur une relation client plus aboutie. En effet un conseiller bancaire d’une agence de grande ville change tous les deux à trois ans, ce qui compromet l’aspect personnel de la relation. En sus, ces conseillers se confrontent davantage aux problèmes opérationnels (changement de carte, virements) avec une telle masse de clients à gérer ce qui entame leur temps disponible pour apporter plus de valeur à chaque client.

A contrario, la banque privée limite le nombre de clients par portefeuille (moins de 150 clients par conseiller) pour offrir des prestations sur-mesure. Autre aspect qui fait la différence, ce temps disponible garantit une prestation et une offre plus précise de la gestion financière. Le conseiller prend en charge un client pour le long terme depuis le début de sa carrière jusqu’à la retraite. En effet, les supports des banques privées, plus spécialisées, proposent des produits fermés aux autres  établissements financiers grands publics.

Quand opter pour une banque privée ?

Avec un patrimoine qui dépasse les 100 000 €, il devient possible de pousser la porte d’une banque privée. Une fois dans l’antre des services financiers personnalisés, le particulier peut espérer entreprendre une stratégie de développement de patrimoine avec son conseiller. La première étape que le consultant mettra en œuvre consiste à utiliser le crédit comme’un levier de constitution de patrimoine. Dans certains cas, récupérer de la liquidité en jouant sur le crédit ouvre de nouvelles perspectives d’investissement. Une fois le patrimoine en construction, il convient de le faire fructifier avec des rapprochements d’acteurs spécialisés.

La troisième mission du conseiller de la banque privé vise à assurer la transmission. Les banques privées ne sont pas des clubs totalement fermés. Certaines accueillent des clients à partir de 250 000 € ce qui correspond à la revente d’une maison. D’autres ouvrent leurs portes pour des fortunes bien plus élevées. Par exemple, un entrepreneur qui revend son entreprise passe en général de la banque traditionnelle à la banque privée.  A ce titre, il n’est pas toujours nécessaire de voir un établissement différent. En l’espèce, la plupart des banques possèdent une cellule spécifique pour la gestion de patrimoine.

La banque privée se démocratise-t-elle ?

Contrairement à ce que laisse entendre les banques, les seuils d’entrée ne se démocratisent pas pour autant. Il s’agit davantage d’une mutation des métiers qui tendent à diviser le secteur en trois catégories.

  • Gestion privée
  • Banque privée
  • Gestion de fortune

En conséquence, la prise de contact avec un spécialiste du patrimoine peut se révéler une pratique vertueuse. Confier ses actifs et se faire aider aboutit à des résultats même si les frais de gestion se retrouvent plus élevés (environ 600 euros par an). Toutefois, ces frais semblent représenter peu d’impacts par rapport aux gains estimés, qui eux peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers d’euros.

PARTAGER