Fraude à la carte bancaire : comment se protéger ?

267
views
Fraude à la carte bancaire

Se protéger de la fraude à la carte bancaire demande de modifier quelques habitudes pour éviter de tomber dans le piège.

Comment déterminer une « fraude carte bancaire » ?

Une arnaque à la carte bancaire se constate à partir du moment où les coordonnées bancaires sont  usurpées, c’est-à-dire lorsqu’un tiers se sert délibérément des numéros de la carte pour effectuer des achats en ligne sans le consentement de son propriétaire. Ce moyen de paiement est de plus en plus utilisé dans le quotidien des Français, car sa souplesse d’utilisation facilite le paiement même pour des sommes réduites. Grâce à la carte bancaire, les commerçants s’y retrouvent puisqu’ils encaissent plus rapidement les clients, réduisent le temps de calcul en caisse, tout en sachant que ce mode de paiement automatise les tâches récurrentes.

De plus, la carte apporte une sécurité supplémentaire, parfois supérieure aux autres moyens de paiement comme le chèque ou le liquide, avec l’application de son code secret obligatoire dans les points de ventes physiques de la zone Européenne (ce modèle est régi par une directive Européenne et n’existe pas dans le monde entier). Seul talon d’Achille de cette pièce plastique : une mauvaise utilisation et de mauvaises pratiques qui risquent de coûter cher aux utilisateurs qui ne prennent pas garde. En effet, la carte bancaire a favorisé le développement du E-Commerce mais ce modèle pose quelques problèmes, car son système peut être facilement contourné à partir du moment où les données de la carte ont été récupérées. Comment prendre les bonnes habitudes pour ne pas subir de mauvaises surprises ?

Comment se protéger des fraudes à la carte bancaire

Face à cela, inutile de se charger d’outils complexes et inutiles. La première étape consiste à éviter de divulguer ses données en prenant soin de cacher les informations à chaque transaction. Par exemple, la vérification du paiement en ligne laisse apparaitre l’URL et le cadenas de sécurité. Il faut bien vérifier ce point et regarder plusieurs fois si ce paiement se dirige vers un site de confiance. Pour éviter tout malentendu lors d’une transaction en ligne, des organismes intermédiaires relient les E-commerçants, le client mais aussi la banque. Ces services de paiement garantissent un maximum de sécurité car l’organisme d’intermédiation ne communique pas au marchand les coordonnées bancaires. De plus, en cas de litige le service d’intermédiation peut annuler une transaction. Par ailleurs, certaines cartes se spécialisent dans la sécurité en ligne avec l’intégration des trois derniers codes de sécurité inscrits dynamiquement. Renforcé par cette sécurité, les banques arrivent à proposer un niveau d’assurance hors normes comme la garantie livraison (n’importe quel achat en ligne s’en retrouve garanti). Si un détenteur de carte constate une anomalie sur son relevé de compte, le code monétaire oblige le remboursement de la totalité des débits frauduleux.

C’est pour cette raison que les banques intègrent une assurance lors de l’adhésion d’une carte de paiement. Ainsi toute tentative frauduleuse est remboursée au client de la banque qui de son côté se tourne vers la justice pour régler le préjudice. Dans pareil cas, la mise en opposition doit être immédiate auprès du service interbancaire d’opposition à la carte bancaire au 0 892 705 705. Ces assurances se limitent à certains montants, c’est pourquoi si les sommes deviennent conséquentes, le détenteur doit déposer plainte pour entamer une procédure afin de signaler le contentieux auprès d’un service spécialisé appelé PERCEVAL. Si les sommes représentent un litige supérieur à 10 000€, alors le tribunal d’instance se saisit de l’affaire. Dans le cas contraire, c’est le Tribunal de Grande Instance (TGI) qui engage la procédure judiciaire pour lutter contre les escroqueries à la carte bancaire.

PARTAGER