« Crowlending » : est-ce une bonne affaire ?

518
views

Alors que l’assurance-vie ne garantit plus les rendements de ses premiers jours, et que le taux du livret A demeure en deçà de l’inflation, certains épargnants se tournent vers des plateformes de partage financier pour investir directement dans les PME.

Pourquoi faire appel à une plateforme de crowdlending ?

Du côté des entreprises, la croissance demande une quantité de liquidités importante afin d’investir en matériel, licence et même en ressources humaines. Alors que les particuliers éprouvent une certaine défiance envers la finance traditionnelle depuis la crise de 2008, ils s’évertuent par tous les moyens de trouver de nouveaux supports financiers plus intéressants. Dans ce contexte, des plateformes financières naissent pour relier les investisseurs aux PME.

Concrètement, les sociétés en quête de fonds engagent un prêt aux candidats sur une durée comprise entre six et soixante mois assortis d’un taux nettement supérieur à ceux employés sur les comptes réglementés. En effet, les épargnants peuvent espérer obtenir un indice qui varie entre 5 % et 12 % de rendement loin de ce que leur apporte la moyenne des assurances-vie.

Finalement, réunir ces partenaires permet d’injecter dans l’économie réelle des investissements réels qui font croître la rentabilité des comptes d’exploitation sans pour autant rentrer dans le capital social. Les emprunteurs prennent un risque en fonction de la nature du projet.

Des plateformes de crowlending toujours plus florissantes

La situation permet à de nombreuses plateformes de se développer pour apporter un service toujours plus attractif. Ce schéma satisfait tout le monde sans pour autant passer par le système bancaire classique. Toutefois, ces services financiers appliquent des frais importants sur le montant levé qui avoisine les 10 %.

Déjà en 2016, l’essor de ce secteur affichait 55 milliards de dollars de souscription dans le monde. Autre facteur encourageant, la multiplication des investisseurs institutionnels dans les projets ce qui contribue à rassurer la communauté des investisseurs. À cela, l’immobilier n’est pas en reste, puisque de nombreux programmes se financent par ce biais.

Néanmoins cet engouement prouve à quel point il devient plus accessible d’apporter sa contribution dans une entreprise qui était jusqu’ici réservée aux initiés. En l’espèce, il suffit de quelques milliers d’euros pour collaborer à un projet de plusieurs millions d’euros.


PARTAGER